Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

JOHANNESBURG, 23 mai 2014 (AFP) - Madagascar réussira à sortir de la misère en attirant des investisseurs privés, a estimé vendredi le nouveau président malgache Hery Rajaonarimampianina, qui a mis à profit une visite en Afrique du Sud pour vanter les atouts de son pays."C'est le secteur privé qui peut apporter le développement et créer des emplois à Madagascar" qui sort tout juste de "cinq années de crise et cinquante ans de pauvreté", a déclaré M. Rajaonarimampianina devant un forum d'hommes d'affaires à Johannesburg, à la veille de l'investiture du président sud-africain Jacob Zuma à laquelle il doit assister.Déjà très pauvre, la Grande Ile l'est devenue plus encore depuis qu'elle a été mise au ban des nations après le renversement du président Marc Ravalomanana en 2009. Plus de 90% de la population vit actuellement avec moins de 2 dollars par jour."Notre objectif est de mettre en place une politique de développement qui soit durable et inclusive, en développant toutes les régions", a affirmé vendredi M. Rajaonarimampianina, démocratiquement élu en décembre.

"Il faut renforcer la bonne gouvernance, mettre en place l'état de droit, renforcer la démocratie. C'est sur cette base-là qu'on va rendre effective l'autorité de l'Etat", a souligné le président malgache, ce qui selon lui devrait faire reculer l'insécurité et la corruption. "Il n'y aura pas de développement s'il n'y a pas de sécurité, ni une justice impartiale", a-t-il insisté."Tout est prioritaire, tout est urgent", a-t-il reconnu. Mais, selon lui, "Madagascar peut maintenant être considérée comme une terre d'opportunités, la dernière frontière!"En parfait VRP de son pays, il a promis de "mettre en place un environnement des affaires qui puisse sécuriser les investissements à long terme à Madagascar", ce qui passe par "des avantages douaniers et fiscaux".Le nouveau président veut développer une agriculture marchande, bâtir des barrages permettant de développer l'irrigation. "Nous allons développer l'autosuffisance alimentaire", a-t-il noté.Il veut aussi que des groupes étrangers investissent dans un secteur minier encore embryonnaire, vantant les richesses de son pays ("gaz, pétrole, or, uranium, pierres industrielles, pierres précieuses"). "Il y a des permis disponibles!", a-t-il lancé aux hommes d'affaires présents.

 

"Nous avons un potentiel énorme dans les énergies renouvelables", hydroélectricité et éolien, surtout, a-t-il ajouté, évoquant également de grandes ambitions dans le tourisme, et particulièrement l'écotourisme."Comment réaliser tout ça? On a besoin de financements!", a-t-il reconnu, rappelant que les institutions internationales avaient déjà renoué avec son pays, et donnant rendez-vous à la fin de l'année pour une "conférence des bailleurs de fonds qui sera aussi celle des investisseurs".Une première rencontre devrait être organisée auparavant pour le domaine de l'énergie, a-t-il aussi annoncé.



AFRIQUE EXPANSION

AFP
 

Tag(s) : #Economie de l'Océan Indien

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :