Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ecrit par Assanatou Baldé, Simon Maro pour Afrik.com
            

C’est à Dakar, confortablement installé à l’hôtel Terrou-bi, que Fodé Sylla, nommé par le Président sénégalais Macky Sall Ambassadeur itinérant économique pour défendre le Plan Sénégal émergeant, confie à Afrik.com ses ambitions pour le Sénégal et revient sur son parcours atypique.

A Dakar,

Fodé Sylla n’est plus à présenter. Il a dirigé l’association SOS racisme en France, le géant nucléaire français AREVA, il a aussi été député à l’Union européenne au sein d’une liste du Parti communiste français. Désormais il est nommé par le Président sénégalais Macky Sall Ambassadeur itinérant économique pour défendre le Plan Sénégal émergeant (PSE). Le Franco-Sénégalais, qui a quitté le Sénégal à l’âge de huit ans, pour vivre en France, est un homme à multiples casquettes, prêt à contribuer au développement de l’Afrique, martèle-t-il.

Afrik.com : Pouvez-vous nous expliquer votre rôle au poste d’ambassadeur itinérant ?
Fodé Sylla : Avec le plan Sénégal émergent (PSE), le Président Macky Sall est engagé à réformer le pays en profondeur. Il a fait venir des personnes de différents horizons pour porter ce projet. Je fais partie de ces personnes. En tant qu’ambassadeur, un des mes rôle est de soutenir ce plan très important. Je pense qu’il est important que des personnes puissent valoriser ce qui est fait, et les projets en cours. Il est aussi important que cette image du Sénégal qui est un pays démocratique, stable, puisse être valorisée. Surtout quand on voit la façon dont le pays a réussi à contenir l’épidémie d’Ebola. Dès lors, il est important que certains d’entre nous, issus de la diaspora notamment, qui avons un réseau, des connaissances, des compétences, et sommes capables de parler à qui de droit, puissions nous voir confier ce genre de mission.

Afrik.com : Comment comptez-vous vous y prendre pour faire la promotion du Plan Sénégal émergent ?
Fodé Sylla : D’abord, je pense que la première des choses à faire c’est de se réapproprier ce projet. Il y a un nouveau Premier ministre, Mohamed Dionne, dont on attend la déclaration finale. Je pense que c’est quelqu’un qui va porter ce projet. Il va en être l’élément déterminant. Il y a eu un séminaire qui a duré deux jours, où l’ensemble des ministres sont venus apporter leurs points de vue et échéances en matière de financements et la vision qu’ils aimeraient apporter. Nous avons un Président qui a des idées, et un gouvernement qui va se mettre au travail. Nous sommes des petits huissiers de la République sénégalaise qui vont diffuser la bonne gouvernance.

Afrik.com : Que répondez-vous à ceux qui estiment que le PSE est un échec et sa mise en œuvre impossible pour le Sénégal ?
Fodé Sylla : Je pense que c’est difficile d’être contre quelque chose qui n’a pas encore abouti, même si on peut y émettre des réserves sur les rythmes qui sont donnés, où les sommes allouées. Le temps politique n’est jamais le temps que vivent les gens. C’est quelque chose de beaucoup plus long. Et c’est normal que les gens soient impatients, notamment ceux qui ont besoin de se nourrir au quotidien, de se soigner où d’accéder à l’éducation. De même, pour ceux qui subissent tous les jours des problèmes liés à l’accès à l’eau et à l’énergie. Mais le politique doit apporter une vision pour l’avenir. Le Plan Sénégal émergent est un vrai projet bâti sur le long terme, qui n’est pas sur les bases d’une échéance électorale. On va mobiliser des ressources et avancer ensemble. Le Président Macky Sall est allé chercher des gens issus de la diaspora pour qu’ils apportent leur contribution. Il a choisi quelqu’un comme moi en se disant qu’il a créé un mouvement associatif, donc il va pouvoir mobiliser tous ses amis de la diaspora dans le monde. Il a aussi été au parlement européen, donc il connait les mécanisme des instituions européennes et va pouvoir aussi frapper à quelques portes ; il a été à la tête d’une grande entreprise française comme Areva, fleuron de l’industrie française. Ma nomination à ce poste est une façon de me permettre d’apporter ma contribution. On peut être un moment méfiant à l’égard du pouvoir, je suis le premier à l’avoir été, on peut douter de la sincérité des hommes lorsqu’ils ont font des actions liées à un mandat. Mais lorsqu’on avance des projets qui vont améliorer la vie des gens, c’est compliqué d’être contre. Il ne faut pas non plus s’opposer par principe.

Afrik.com : Mais certains économistes assurent que le PSE n’est pas viable, et que le Sénégal n’a pas les moyens d’un tel projet...

Fodé Sylla : Personne n’a jamais dit que le Sénégal avait les moyens. Si le Sénégal avait les moyens, il n’irait pas voir les grandes institutions pour trouver des fonds, il se suffirait à lui-même. Or, c’est toute la démarche justement, qui consiste à ce que des gens viennent aider financièrement à sa mise en œuvre.

Afrik.com : D’autres économistes estiment que le PSE ne peut pas fonctionner car il n’inclut pas les pays de la sous-région et que par conséquent le Sénégal ne peut émerger seul sans partenariat avec ses pays voisins...
Fodé Sylla : Effectivement, je trouve que c’est une remarque pertinente que le Sénégal et les autres pays de la sous-région travaillent ensemble. Le pays a annoncé avoir un cas d’Ebola et pris les mesures en conséquences pour la sécurité de sa population. Un signal fort donné à sa population pour lui dire : « Je suis le garant de votre sécurité ». C’est aussi un signal donné au monde entier, au sein des hôtels, infrastructures, tout ce qui touche au tourisme. On sait qu’il y a déjà des pertes énormes de plusieurs centaines de millions à cause du virus Ebola. On est dans des régions ou énormément de gens se méfient à cause des instabilités politiques, où des gens disent que l’Afrique, c’est compliqué. Mais là, il y a un pays comme le Sénégal, qui réunit les conditions pour dire on est capable de faire face à un virus comme Ebola, on est aussi capable d’assurer la stabilité économique et politique du pays. D’ailleurs, les agences de notation n’ont jamais été aussi favorables au Sénégal.

Afrik.com : La 15ème édition du Sommet de la Francophonie se tiendra du 29 au 30 novembre à Dakar. Quel sera votre rôle dans cet évènement pour le pays, qui a dépensé plusieurs dizaines de milliards de Fcfa pour l’organiser ?
Fodé Sylla : Aujourd’hui, le fait que ce soit un Sénégalais qui soit à la tête de la Francophonie, depuis maintenant plusieurs années, a permis de continuer de donner, non seulement l’image d’un Sénégal hérité de Senghor, mais aussi d’un pays positionné sur ces questions de francophonie comme un pays de lettre et de diplomatie. D’abord un Africain à la tête d’une telle institution est une très bonne chose, car il y a très peu d’institutions que nous dirigeons dans le monde. Que ce sommet se tienne à Dakar est aussi très important. Mon rôle, c’est de participer à accueillir aussi bien des gens venus du monde entier, apporter une image positive de l’Afrique, et renforcer nos liens dans la Francophonie. Il y a une dimension que les Anglais ont toujours réussi que nous les francophones n’avons pas mis suffisamment en avant, c’est la dimension économique dès les périodes de décolonisation. L’Angleterre a su garder ses anciennes colonies dans une entité qui est le Commonwealth. Nous les francophones l’avons beaucoup plus fait dans des entités culturelles. Je pense qu’on pourrait réfléchir à ce que la question économique soit plus présente dans les mécanismes de la Francophonie. Et qu’on intensifie nos relations économiques. Très peu de gens par exemple savent que la France est le premier investisseur au Nigeria. Aujourd’hui, on sait tous que les pays émergents, les pays asiatiques, notamment Chine, Inde, Brésil, viennent chercher des marchés en Afrique et recruter des gens en Afrique. Ils mettent la France dans une position délicate, car elle n’est plus le seul pays à s’intéresser à l’Afrique. D’où la nécessité d’inventer des mécanismes de rapports économiques qui ne soient plus paternalistes où du "moi je t’aime moi non plus".

Afrik.com : Vous aviez aussi envisagé une candidature pour succéder à Abdou Diouf à la tête de la Francophonie. Est-ce que votre nomination en tant qu’ambassadeur par Macky Sall ne met pas fin à cette ambition ?
Fodé Sylla : Non je n’ai jamais envisagé de me présenter à la tête de la Francophonie. Je ne me serai jamais permis de penser à succéder à Abdou Diouf ! Il a été simplement question que je puisse représenter la Francophonie dans un autre pays africain. Je n’aurai même pas en rêve de remplacer Abdou Diouf. Je pense qu’il est important de souligner que c’est un ancien chef d’Etat qui est à la tête de la Francophonie, et il faut qu’on essaye de maintenir cela dans l’organisation. Je pense que dans une telle institution, il ne faut surtout pas faire d’amateurisme et ne pas perdre de temps. Je pense que les candidats qui veulent succéder à Abdou Diouf ont une grande connaissance des institutions internationales, ils ont tous dirigé des instances, s’ils n’ont pas été des chefs d’ Etat.

Afrik.com : Mais il faudra bien une personne pour remplacer Abdou Diouf. Avez-vous un candidat en particulier ?
Fodé Sylla : Je soutiens un candidat du continent. Oui je souhaiterais qu’une institution comme celle-ci reste en Afrique. Je plaide pour que les structures les plus belles comme celle-ci continuent à être dirigées par le continent. Par ailleurs, là où le français progresse le plus c’est dans le continent, donc tout le monde aurait intérêt à ce que l’organisation internationale de la Francophonie reste en Afrique.

Afrik.com : Seul le Burundais Pierre Nkurunziza est un ancien chef d’Etat, mais l’inconvénient, c’est qu’il est arrivé au pouvoir par un coup d’Etat. Le critère ancien chef d’Etat est important pour vous ?
Fodé Sylla : Il est important, mais ce n’est pas le seul. La candidate canadienne est aussi un chef d’Etat d’une certaine façon, car elle a été chef d’état-major, elle a donc toutes les prérogatives pour diriger un pays. De même quelqu’un comme Lopez a les capacités aussi de pouvoir le faire. Simplement, ce qui est le plus important pour moi, c’est de dire qu’il n’y a pas beaucoup d’institutions internationales dirigées par les Africains. Abdou Diouf a fait grandir l’idée de la Francophonie à travers le monde. Aujourd’hui, cet espace créé a permis de faire grandir des questions culturelles, désormais l’idée c’est de faire grandir la Francophonie économique. Il est important qu’il y ait un peu plus d’équité dans les instances internationales, raison pour laquelle je pense qu’il est important que la Francophonie reste aux mains des Africains.

Afrik.com : Même si c’est aux mains d’un ex-chef d’Etat qui est arrivé au pouvoir avec un coup d’Etat...
Fodé Sylla : Si on estime que des hommes arrivés au pouvoir par des coups d’Etat sont des gens extrêmement dangereux qui ne peuvent pas diriger des institutions comme la Francophonie, soit. Mais que je sache, les histoires des hommes et femmes par moment sont extrêmement compliquées. Des pays aujourd’hui qui se targuent d’être démocratiques vivent aussi des maux. En France par exemple, on assiste à une reproduction consanguine des élites et la misère réapparait dans les quartiers populaires, on voit aussi à longueur de journée des gens qui passent à la télévision et nous insultent, nous humilient uniquement par ce qu’on est des Noirs ou Arabes, on peut aussi se poser des questions sur ce qu’est un Etat démocratique. Mais ça ne remet pas en cause les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité de ce pays qui est le mien, et que j’adore fondamentalement. Mais de la même façon, si on part du principe qu’il y a tel comportement et qu’on ne prend pas tout en compte, on reste nous-mêmes figés sur des postures, et une fois de plus on aurait une façon de les traiter quand ils sont au nord et une autre façon quand ils sont au sud. De ce que je sais concernant l’ex-Président Burundais en tous cas, c’est qu’il y a eu un coup d’Etat certes, mais il a ensuite remis le pouvoir et il y a eu des élections ensuite. Donc, il y a eu des tas d’exemple dans le monde de coup d’Etat et d’hommes qui ont ensuite remis le pouvoir. Ça s’est aussi passé au Mali, quand il y a eu la transition entre Amadou Toumnani Traoré (ATT) et Moussa Traoré par exemple. Donc on ne peut pas avoir des positions figées tout le temps et avoir un point de vue purement occidental que nous portons au monde. Pendant que certains parlent de traiter des déchets, il y en a qui mangent dans des poubelles. Donc je veux bien qu’on dise après que tout se vaut mais tout ne se vaut pas. Et lorsqu’on condamne un homme qui a commis tel ou tel acte, la question c’est de se dire qu’est ce qu’il a laissé comme héritage. Aujourd’hui, le fait qu’un Tutsi dirige la Francophonie serait un formidable signal par rapport à ce qu’ont subi les Tutsis dans le siècle passé et je pense que ce serait un formidable signal pour le reste du monde.

A suivre....
Source : Afrik.com
http://www.afrik.com/fode-sylla-j-entame-une-deuxieme-vie-avec-l-afrique

Fodé Sylla : "Il est important que la Francophonie reste aux mains des Africains"
Tag(s) : #Interview

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :