Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

_Un article de WALFADJIRI par Emile DASYLVA

Il était question ce week-end dans la série de conférences des «Samedi de l'économie», de faire un bilan sur l'état d'avancement du projet commun de monnaie unique dans la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (Cedeao).

Les choses avancent mais certaines contraintes, demeurent, selon le Directeur général de l'Agence monétaire de l'Afrique de l'Ouest, Pr. Mouhamed Ben Omar Ndiaye, invité avant-hier par Arcade et la Fondation Rosa Luxembourg dans le cadre des «Samedi de l'économie».

«Nous sommes à l'état d'harmonisation pour atteindre les objectifs de 2020. Cette harmonie se fait au niveau des Etats», soutient le Pr Mouhamed Ben Omar Ndiaye, au sortir de la conférence, ce samedi, à la maison de la Culture Douta Seck sur le thème : «Où en est le processus de la monnaie unique dans l'espace Cedeao».

Réunion, tenue dans le cadre des «Samedi de l'économie» organisés par l'Africaine de recherche et de coopération pour l'appui au développement endogène (Arcade) et la Fondation Rosa Luxembourg.

M. Ndiaye relève néanmoins les défis qui entravent la marche vers la monnaie commune. Il s'agit de la fragilité des économies de l'espace Cedeao, du respect des 11 critères de convergence, des problèmes de financement, entre autres.

D'après l'exposé du Pr. Ndiaye, le système financier de la région souffre pour plusieurs raisons. Les entreprises des pays ne sont pas cotées en bourse et les sociétés étrangères contribuent en grande partie au Pib.

Au Sénégal, seule la Sonatel est cotée en bourse. En Côte d'Ivoire, les entreprises étrangères représentent 30 % du Pib. Les banques ont leur maison mère à l'extérieur et beaucoup de banques nationales ont disparu.

De plus, signale-t-il, jusqu'à ce jour le sort du Franc Cfa se décide à Paris et Frankfurt, siège de la Banque centrale européenne (Bce). En outre, relève M. Ndiaye, sur les 15 pays membres, 11 sont des Pays moins avancés (Pma) selon les Nations unis.

Evoquant les avantages de la monnaie unique, le Pr. Ndiaye indique qu'elle devrait éviter des pertes dans les frais d'échanges au moment de la convertibilité où ce taux de change est de 655 francs Cfa avec l'Euro.

Cette devise commune devrait également contribuer, selon lui, à la stabilité et à l'ajustement des prix et inflations. Ceci aura pour effet de stabiliser les tensions sociales.

La monnaie unique devrait aussi concourir à booster le commerce intra régional qui est de 10 % depuis les 40 années de la Cedeao alors que le continent échange à 50 % avec l'Union européenne.

Pour le présidentd'Arcade, Demba Moussa Dembélé,«il y a beaucoup de lenteurs dues aux déséquilibres de développement, aux instabilités politiques mais aussi aux manques de volonté politique».

Dans ce projet de monnaie unique en 2020, il y huit devises à harmoniser en une seule. Le projet, piloté par la Commission économique pour l'Afrique, fait partie d'un ensemble de processus à côté de la libre circulation des biens et des personnes. L'échéance prévue pour 2015, date d'anniversaire du 40ème anniversaire de la Cedeao, est repoussée à 2020.
Source : http://fr.allafrica.com/stories/201412082587.html

Afrique: Monnaie unique africaine - Des économistes listent les obstacles
Tag(s) : #Economie

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :