Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'emploi des jeunes, une préoccupation incontournable pour renforcer la cohésion sociale

Une politique spécifique pour favoriser l'emploi des jeunes est primordiale. Les stages ne doivent être un moyen détournés d'exploiter la jeunesse sans leur donner un minimum de droits. Une priorité doit être donnée à la qualification des jeunes pour qu'ils puissent s'insérer facilement dans la vie active ou créer leurs propres emplois. Des programmes adaptés avec un fond de soutien des initiatives des jeunes devront faciliter le financement de l'auto-entrepreneuriat, les formations professionnelles qualifiantes et l'accompagnement des jeunes les plus vulnérables dans leur parcours scolaire et professionnel.

Par Darchari MIKIDACHE, président du think tank "Cercle des Économistes et des Experts Comoriens (CEEC)

Les  stages ne conduisent pas forcément à des  embauches  dans ni  l'administration publique  ni dans les sociétés d'État déjà en surcapacité à l'exemple de la majorité des établissements et entreprises publiques comoriennes  déjà en surcapacité comme Comores Télécom.  D'autres pistes novatrices en matière de créations d'emplois des  jeunes devront être mises en œuvre tant en amont avec une réforme de l'éducation nationale et des Universités qu'aval avec des dispositifs d'accompagnement et d'insertion professionnelle dans des secteurs d'avenir comme les technologies, le Tourisme voire les services.

L'Etat devra créer les conditions de création d'emplois dans le secteur privé et parapublics à travers un programme spécifique comprenant des investissements à capitaux mixtes, formation technique et professionnelle, activités des secteurs du Tourisme, des technologies de la communication et auto-entrepreneuriat. Des fonds de soutien des initiatives d'emplois privés pour les jeunes doivent être déjà avec un suivi personnalisé des jeunes se lançant dans les secteurs à valeur ajoutée.

L'arrivée d'un nouvel opérateur de télécommunications est une  occasion de former et d'embaucher des jeunes en tout cas le meilleurs. Des formations de recyclage professionnel des jeunes pour apprendre un métier technique et non uniquement administratif  et en rapport avec les besoins du secteur privé restent indissociables d' une politique de soutien à l'embauche des jeunes. Bien entendu, des règles doivent être fixées pour les employeurs du secteur privé comme du secteur public ne puissent pas exploiter les stagiaires indéfiniment. Des obligations devront être définies. Et les stages devront être réglementés pour donner des droits aux stagiaires et leur permettre d'acquérir une véritable compétence professionnelle et qualifiante sur le marché de l'emploi. Les formations universitaires devront être adaptées à l'exigence de qualification professionnelle du secteur privé, ce qui permettrait aux étudiants de pouvoir s'insérer plus facilement dans la vie active. Des partenariats de parcours professionnel devront être constitués avec diverses écoles professionnelles des pays émergents dans des secteurs clés comme l'informatique, l'ingénierie, l'agro-industrie, les métiers techniques et les services technologiques, des transports et de l'hôtellerie et de la banque. Bien d'autres mesures sont envisageables pour permettre aux jeunes de pouvoir soit créer leurs propres emplois, soit de pouvoir être recrutés dans des projets nationaux industrialisant et à valeur ajoutée. La relance de l'économie de l'Union des Comores à travers des programmes de création d'une véritable industrie touristique et technologie constitue un catalyseur créateur d'emplois nouveaux pour les jeunes et les moins jeunes. Tout dépend de la volonté politique, et de la vision des gouvernants.

Darchari MIKIDACHE

https://www.facebook.com/darchari.mikidache.public

Tag(s) : #Emploi

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :